menu

Une approche pluridisciplinaire des territoires vécus

« [..] ce sont les récits qui ouvrent l’imagination, qui préparent à aborder une situation dans sa particularité, à la rendre intéressante comme telle et pas seulement comme terrain pour l’application d’un savoir objectif. Les récits sont intéressants dans la mesure où ils rendent sensibles à toutes les voix discordantes qui composent une situation, ils apprennent à écouter et à faire attention. »
(Isabelle Stengers, Résister au désastre, 2019, Wildproject)

Monono | Territoires en récits, avec des collaborateurs issus de différents champs (urbanisme, paysage, ethnologie, géographie, illustration, participation), mène des projets à la croisée des chemins théoriques et opérationnels, en tentant d’allier ce foisonnement de savoirs et de savoir-faire qui forgent les métiers de l’urbain et du paysage.
L’analyse du quotidien et des modes d’habiter est au cœur de la démarche, dans la mesure où ils constituent la matière du projet : l’exploration des relations qu’entretiennent les habitants et usagers avec les territoires qu’ils font vivre permet en effet d’ancrer l’action dans la réalité des modes de vie, existants ou potentiels.

Notre approche des territoires est donc toujours guidée par le récit : celui que l’on écrit et celui qui est écrit par ses différents protagonistes. Les composantes de ce récit, leur définition partagée, leur projection, leur mise en débat, leur mise en image et leur mise en œuvre opérationnelle, alimentent, guident et produisent le projet.

Trois grands domaines de recherche et d’action  :

  • les espaces publics, en tant que réceptacles de la vie urbaine, à travers les relations qu’ils entretiennent entre eux (par les fonctions, les usages et les paysages) à différentes échelles ;
  • les paysages produits et dessinés, perçus et habités, vécus et vivants, ordinaires et moins ordinaires ;
  • les mobilités quotidiennes et la promotion des modes actifs, en tant que modes d’appropriation des espaces.

Notre implication se veut active et créative, curieuse et ambitieuse, ouverte et insatisfaite. Nous revendiquons la dimension touche-à-tout de nos actions, en nous attachant aussi bien aux aspects opérationnels, matériels, immatériels, sociaux, temporaires, participatifs et communicationnels de nos projets.

Nos champs d’intervention

  • Enquêtes de terrain ethnographique, prise en compte des usages et du vécu dans le processus de projet.
  • Études et conseil en stratégie territoriale et paysagère.
  • Réalisation de schémas directeurs de développement et de plans guides d’espaces publics.
  • Études, recherches-action et expérimentations dans le domaine des mobilités actives.
  • Urbanisme tactique : expérimentations, préfigurations et évaluations spatiales et paysagères.
  • Co-conception et participation citoyenne.
  • Graphisme et illustration.

Stéphane Malek

Urbaniste-géographe / Paysagiste/ Enseignant

Formé à l’urbanisme issu de la géographie et des sciences humaines et sociales, Stéphane a complété sa formation par des études en paysage, qui lui ont permis d’élargir et d’enrichir son regard et ses compétences. Il se passionne pour la diversité et la complémentarité des approches territoriales, en travaillant à la réalisation de projets, expérimentations et recherches qui explorent les espaces urbains par le prisme des usagers qui les animent, les habitent, les traversent et les activent. Il y associe enquêtes, actions et stratégies dans une démarche résolument pluridisciplinaire. Stéphane est par ailleurs coresponsable de formation à l’ Université Paris-Est Créteil et enseigne dans différentes universités (Paris 1, Paris 4).
Il est lauréat du Palmarès des Jeunes Urbanistes 2014.

Lucas Delafosse

Paysagiste dplg / Jardinier / Illustrateur amateur

Formé à l’École du Paysage de Versailles, Lucas a acquis une connaissance fine des différents champs et échelles d’intervention, ainsi que des enjeux et problématiques liés à la démarche de projet. Il se nourrit de sa formation préalable en ethnologie pour trouver la distance juste et nécessaire et interroger les composantes – discours, démarches, actes – des projets auxquels il participe. Il attache par ailleurs une grande importance aux formes et aux modes de représentation des principes et des idées véhiculés dans les projets, convaincu du rôle que revêtent les supports graphiques dans la transmission et la compréhension collective des enjeux abordés.

Mélodie Vidalain

Ethnologue / Conteuse

Formée à l’ethnologie, Mélodie appréhende les modes de vivre et d’habiter la ville à travers les récits individuels et collectifs. Récolter les expériences sensibles et singulières de chaque acteur lui semble nécessaire et sa pratique de l’enquête ethnographique lui permet d’ancrer et reconnecter le projet au territoire vécu en lien avec la diversité et la complexité des usages et représentations. Elle cherche donc à développer des outils de médiation, de facilitation et de participation justes et adaptés, pour nourrir le projet et le rendre accessible à toutes et tous.

MONO NO AWARE (物の哀れ) : le sentiment des choses…