menu

Rouen Métropole Marchable

Définition et mise en œuvre d’une stratégie pour un territoire marchable, multimodal et attractif

Maîtrise d’ouvrage : Metropole Rouen Normandie
Accord cadre d’AMO, 2017-2022


Dans un contexte de mise en œuvre de grands projets urbains et d’espaces publics, traduisant la volonté d’une transformation en profondeur de son territoire, la Métropole Rouen Normandie a souhaité, à travers cet accord-cadre (mission d’AMO – 2017-2022), consolider l’armature marchable à l’échelle de toute la métropole.

Trois grandes ambitions sont à l’origine de la mission :

  • Faire de la marche à pied le mode de déplacement par défaut
  • Donner envie d’investir la ville
  • Renforcer l’attractivité des territoires

Monono est chargé à la fois de la définition d’une stratégie métropolitaine (plan piétons) pour faire de la marche et des piétons les pivots de la fabrique des espaces publics, et de la programmation de diverses opérations d’aménagement de l’espace public.

Nous intervenons par exemple sur les cas suivants (liste non exhaustive) :

  • Définition et réalisation d’un plan piétons métropolitain.
  • Programmation et stratégie de réaménagement d’une rue et d’une placette à Sotteville-Lès-Rouen, impliquant une première phase d’activation et d’expérimentation.
  • Stratégie et schéma directeur d’interventions quick wins à Elbeuf-sur-Seine
  • Schéma directeur pour la mise en place d’une Magistrale piétonne à Rouen
  • Programmation phasée et esquisses pour l’apaisement de la rue Jeanne d’Arc à Rouen.
  • Accompagnement pour le réaménagement en régie d’espaces publics rouennais (place Cauchoise, rue des Vergetiers etc.).
  • Stratégie d’activation du pont Boieldieu à Rouen.
  • Schéma directeur quick wins, Rouen Rive Gauche

Urbanisme Tactique

 

 

Places et placettes

Élaboration d’un programme d’expérimentations pour faire évoluer les pratiques de transformation des places publiques

Maîtrise d’ouvrage : Nantes Métropole
Monono mandataire avec Esopa Productions et Antoine Fleury
2021-2022 (en cours)


Le programme de recherche-action « Places et placettes » vise à accompagner Nantes Métropole dans la redéfinition d’une fabrique de l’espace public centrée autour des usages, à travers deux grandes questions : comment fonder cette fabrique sur une vision et une ambition politique claires et partagées ? comment renouveler la conduite de projet technique pour intégrer les usages au cœur du processus, de façon transversale et évolutive ?

Au-delà d’une réflexion globale intégrant élus et techniciens, dix places et placettes ont été choisies sur le territoire de la Métropole, pour expérimenter de nouveaux modes de « faire projet », en intégrant les problématiques propres à chaque site (transformation spatiale, jeux d’acteurs, animation, désirs et besoins, temporalités, conflits d’usages, partage de l’espace, gestion et entretien etc.).

L’expérimentation n’est pas ici réduite à une transformation temporaire ou tactique de l’espace, elle concerne la conduite de projet dans son ensemble : comment repenser collectivement nos modes de faire, de façon souple et transversale, pour fonder une fabrique de l’espace public en accord avec la diversité et l’évolution des usages ? En ce sens, la démarche expérimentale touche aussi bien aux enjeux de transformation spatiale que d’animation, de gestion, de coopération, d’évolution ou d’évaluation.

 

 

Chemins faisons

Cadrage et établissement des cahiers de gestion locaux des sept tronçons de sentier, éléments du bien en série chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France

Maîtrise d’ouvrage : ACIR Compostelle
Avec :  Atelier Volga (mandataire), VIA Architectes
2020-2021


Inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1998 à travers sept tronçons symboliques et caractéristiques des paysages traversés et de l’expérience vécue par les cheminants, le Bien en série Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle nécessite l’élaboration d’un plan de gestion pour s’assurer de la bonne préservation de sa Valeur Universelle Exceptionnelle.

Cette étude vise à accompagner l’association nationale en charge du Bien et les acteurs et partenaires locaux dans la définition des enjeux et modalités de gestion (services départementaux, élus communaux, parcs naturels régionaux, fédérations de randonnée etc.).

Basée sur une démarche similaire à un Plan de Paysage – diagnostic, objectifs de qualité paysagère, plan d’action –, elle a pour particularité d’être multi-sites tout en visant la cohérence d’ensemble, ce qui oblige à :

  • poser un regard singulier sur chacun des sept tronçons et leurs composantes paysagères et patrimoniales,
  • faire émerger des enjeux et des problématiques communs dans un souci de transversalité, d’inter-connaissance et de partage entre les acteurs concernés par la préservation et la valorisation des chemins et leurs zones de sensibilité paysagère.

À partir d’une démarche de co-construction au long cours et dans une optique opérationnelle forte, cette étude fait la part belle à l’arpentage de terrain et aux ateliers de concertation, avec la volonté de trouver le bon équilibre entre enjeux patrimoniaux et dynamiques de développement territorial (projets d’aménagement, accueil et services touristiques, interprétation et mise en valeur des spécificités locales etc.).

 

 

 

Les paysage ont-ils la côte ?

Élaboration du Plan Paysage des Côtes de Moselle de Metz Métropole

Maîtrise d’ouvrage : Metz Métropole
Avec : avec Omnibus (mandataire), Cheval Vert  et Romain Boquet
2020-2021


Se penchant sur treize communes des Côtes de Moselle, ce Plan Paysage, porté par Metz Métropole, s’inscrit dans la continuité du Plan Paysage du SCoTAM et a pour objectif d’investiguer certains de ses enjeux en termes de paysage et d’aménagement de manière plus fine et concrète.

Il s’agit donc d’élaborer un document de référence en y incluant un volet opérationnel fort et ambitieux facilitant ainsi l’appropriation politique et citoyenne de la notion complexe
et polysémique de paysage.

Les objectifs sont multiples :

  • avoir une meilleure connaissance du territoire et ses enjeux,
  • échafauder une stratégie commune d’actions sur les paysages de Côtes,
  • échanger et co-construire une culture du paysage,
  • aboutir à un programme d’actions à mettre en œuvre par la Maîtrise d’Ouvrage
    pour orienter, gérer, aménager ou transformer les paysages.

Les différents enjeux et problématiques – déprise agricole des coteaux, urbanisation galopante, spécificités liées à la topographie et à la relation coteau/fond de vallée,  découverte et usages en milieux naturels, gestion d’espaces et d’espèces protégés etc. – sont abordés par le prisme de treize secteurs (un par commune) aux configurations et problématiques complémentaires. Définis collectivement dans le cadre d’une Commission Plan Paysage, regroupant notamment tous les élus, ils servent de fil directeur tout au long de l’étude, depuis leur diagnostic jusqu’à l’émergence de préconisations et de principes d’aménagement ou de gestion. Un séminaire « hors les murs » a vu le jour pour échanger et élaborer le programme d’action sur le terrain, stylos à la main et chaussures de randonnée aux pieds.

Spécificité de ce Plan Paysage, le rendu des différentes phases est mis en ligne sur un site internet spécialement conçu pour cette étude, et basé sur une interactivité forte entre les parties rédigées et la cartographie.

Adresse du site : https://paysagescotesdemoselle.com/

 

 

Les sens de Bayonne

Étude de programmation de parcours de découvertes de la ville

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Bayonne
Monono mandataire avec : Marie Touzet Barboux et Numericoop
2019-2021


Derrière la notion à connotation ludique et touristique de « parcours de découverte », la Ville de Bayonne cherche, à travers la refonte de sa signalétique, à enclencher une réflexion sur l’imaginaire et les représentations de la ville, sur la mise en lumière de son patrimoine matériel et immatériel, sur son dynamisme commercial, sur les pratiques de mobilités des habitants et sur la valorisation de ses espaces publics et paysagers. Il s’agit donc d’un projet de mise en récit foisonnant, plus vaste et complexe qu’il n’en laisse a priori paraître, car faisant appel à une très grande diversité d’acteurs, de thèmes et d’outils. A l’heure où les villes moyennes recherchent un second souffle, il est intéressant de voir comment des petites portes d’entrées peuvent ouvrir vers un dédale de sujets et d’enjeux.

Monono, accompagné de Marie Touzet-Barboux et de Numericoop, a été missionné dans le cadre d’un projet Action Cœur de Ville, pour mettre en œuvre une démarche intellectuelle, collaborative et opérationnelle qui se décline en 3 étapes :

  • Un diagnostic : enquête sur les modes d’orientation et de représentation de l’espace par les différents usagers, étude comparative (forme, nature et contenu des dispositifs d’orientation et de découverte à travers le monde), ateliers partenariaux et collaboratifs.
  • Une programmation et une conception : définition partagée des parcours et conception du dispositif d’orientation et de découverte.
  • Un déploiement opérationnel : déclinaison de l’ensemble du dispositif, rédaction des documents de consultation.

La programmation, la conception et la mise en récit se déclinent à travers deux grands volets stratégiques :

  • L’orientation : rendre la ville lisible, accessible et compréhensible.
  • La découverte : révéler, thématiser, réenchanter, transmettre et susciter la curiosité.

 

Viarme Pour Tous

Co-construction citoyenne de la place Viarme et de la rue des Hauts Pavés (Nantes)

Maîtrise d’ouvrage : Nantes Métropole
Monono mandataire avec : Atelier Volga, Atelier Et Si…
2018-2019


Porté par Nantes Métropole et la Ville de Nantes, Viarme pour Tous est un projet qui propose d’imaginer collectivement un nouveau visage et un nouvel usage pour deux espaces publics majeurs du quartier : la place Viarme et le tronçon sud de la rue des Hauts-Pavés (de la place à la rue Russeil).

L’enjeu central du projet est de réfléchir au partage de l’espace entre les différents modes de déplacement et de favoriser l’épanouissement d’une plus grande diversité d’usages. Pour cela, nous nous interrogeons et débattons sur les conditions et les formes concrètes de ce partage ainsi que sur leurs modalités de mise en œuvre dans l’espace et dans le temps.

Un processus participatif est donc mis en place tout au long du projet. Il se compose :

  • d’un événement de lancement convivial et festif ;
  • de deux ateliers thématiques pour échanger idées et réflexions sur le projet et rêver à de nouveaux usages ;
  • d’expérimentations de nouvelles configurations spatiales qui permettront d’évaluer et tester in situ de nouvelles manières de partager l’espace public.

Toutes ces étapes ont vocation à faire émerger une stratégie d’aménagement et d’animation dont les premières phases de mise en œuvre se déploieront à horizon 2019-2020.

Plus d’informations sur le projet ICI

Les pépites creilloises

Marchabilité et vitalité commerciale du cœur de ville de Creil

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Creil
Avec Bfluid (mandataire)
2020-2021


Dans le cadre du dispositif Action Coeur de Ville, cette mission vise à repenser l’attractivité et le dynamisme du centre-ville de Creil, à travers une reconquête et un apaisement de ses espaces publics.

En accompagnement de BFluid (audit de vitalité commerciale), Monono a été chargé de la définition d’une stratégie d’activation de la trame des petits espaces publics du centre-ville, dans une démarche d’urbanisme tactique. Cette stratégie s’est déclinée en trois étapes :

  • Une enquête en immersion pour déterminer les usages et représentation de ces espaces.
  • Une stratégie de programmation à l’échelle du centre-ville et de ses boucles cheminatoires.
  • Une proposition d’esquisses pour les espaces publics les plus pertinents : les «pépites».

 

L’usage des parcs (ZAC des Groues)

Accord-cadre de maîtrise d’œuvre urbaine de la ZAC des Groues et la maîtrise d’œuvre des espaces publics de la Plaine des Sports

Maîtrise d’ouvrage : Paris La Défense
Monono avec HDZ, Urbanistes Architectes (mandataire), Wagon Landscaping, OGI, Zefco et On 
2021-2029 (en cours)


La Plaine des sports sera l’un des espaces publics majeurs de la future ZAC des Groues à Nanterre. 18 000 m2 d’espaces publics restent à penser.

Afin de pouvoir enrichir la programmation de ce futur parc et l’ancrer au mieux dans son environnement, notre équipe a mené une enquête de terrain et proposé un atelier de travail avec les futurs usagers du site.

L’enquête a permis de répertorier au sein de l’écosystème des parcs et jardins situés aux alentours de la future Plaine des sports, la trame des usages à différentes temporalités et de comprendre les habitudes et besoins des usagers au sein de ces espaces. Elle a également pu révéler les complémentarités entres espaces et la nécessité de penser la Plaine des sports dans son rapport à la constellation des espaces à proximité. L’observation fine des usages dans une diversité d’espaces a amené une réflexion sur les grandes fonctions d’un parc : qu’est-ce que jouer, se rassembler, se ressourcer dans un tel espace ?

L’ensemble de la matière récoltée a été retravaillée et transmise aux participants de l’atelier. Lors des échanges, attentes, envies et besoins des futurs usagers ont été recueillis afin de nourrir la programmation des espaces publics de la future Plaine des sports.

 

 

 

Les trames d’un quartier

Trame paysagère et piétonnière du quartier Hauts Pavés – Saint Félix (Nantes)

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Nantes
Avec : Atelier Volga (mandataire)
2017-2018


Hauts-Pavés – Saint-Félix est un quartier de contrastes. Sa face visible, qui se montre le long des boulevards, cache un esprit village que l’on découvre en prenant le temps de flâner. Il s’est urbanisé à partir du XIXe siècle, la ville se substituant à d’anciens grands domaines, tenues maraîchères ou manufactures. Le paysage, le patrimoine, le parcellaire, le tracé des rues témoignent encore de cette histoire pas si lointaine.

Dans ce contexte, la constitution d’un plan guide a une double finalité :

  • proposer une vision humaine de la ville mettant en avant les conditions et opportunités d’un développement de la vie de proximité sur l’espace public (marche, séjour, pause, rencontre etc.) ;
  • proposer une vision écologique de la ville mettant en valeur les continuités paysagères en s’appuyant sur le relief, le végétal sous toutes ses formes.

Fondée sur un minutieux travail de terrain avec des techniques d’enquête rigoureuses (observations, filatures, cartes mentales), cette étude a abouti à un plan guide révélant les trames paysagères et piétonnières du quartier, ainsi que leur mise en œuvre opérationnelle. L’activation de cette trame par deux interventions (expérimentation sur la place Saint-Félix, mise en place d’un parcours vert), permet de rendre tangible ce plan guide et de poser les premières pierres d’une transformation spatiale et imaginaire de l’ensemble du secteur.

Marche à Suivre

Une expérimentation sur la marche dans la métropole bordelaise, en lien avec les transports en commun

Commanditaire : Forum Vies Mobiles (Institut de recherche et d’échanges de la SNCF)
Partenaires : Keolis et a’urba (Agence d’Urbanisme Bordeaux métropole Aquitaine)
2013-2015


Marche-à-Suivre Bordeaux (13)

Projet de recherche-action, Marche à Suivre est une expérimentation portant sur l’articulation entre la marche à pied et les transports en commun dans l’agglomération bordelaise, mêlant enquête de terrain et intervention concrète. Ce projet est né du constat que la marche peut être un allié naturel des transports publics et que, même si l’on en parle de plus en plus, peu de choses sont réellement faites pour la favoriser.

Nous avons proposé une expérimentation ayant pour objectif de mettre la marche au cœur des déplacements quotidiens, en en révélant l’efficacité mais aussi les plaisirs et intérêts qu’elle peut procurer, en tant qu’expérience urbaine, que complément à l’offre de transports en commun et qu’alternative à la voiture.

Le projet se déploie sur deux terrains d’étude qui présentent chacun un contexte et une problématique spécifiques :

  • dans le centre-ville de Bordeaux, l’objectif est d’encourager ceux qui utilisent les transports publics pour parcourir de courtes distances à passer à la marche.
  • dans la périphérie (un quartier de la commune d’Eysines), il s’agit de favoriser l’abandon de la voiture au profit de cheminements articulant la marche et les transports publics.

Le projet s’articule en quatre phases de recherche et d’action et est fondé sur une enquête de terrain dont les résultats constituent le socle d’une expérimentation visant à inciter, promouvoir la marche et déclencher l’envie de se déplacer à pied pour prendre les transports en commun ou, selon le cas, s’en extraire. Les modes d’orientation et de repère des usagers ont notamment été étudiés, afin d’orienter l’intervention sur les trames mentales des paysages vécus.

Marche-à-Suivre Bordeaux (9)

Marche à Suivre -Expérimentation Bordeaux 3

Marche-à-Suivre Bordeaux (11)

Marche-à-Suivre Bordeaux (4)

Marche-à-Suivre Bordeaux (7)

Marche-à-Suivre Bordeaux (3)

 

 

Pour plus d’informations (reportages, films, interviews, documents, dossiers etc.) : c’est ici.

 

Le Prêcheur face aux risques

Démarche expérimentale pour l’aménagement du centre-bourg du Prêcheur (Martinique)

Maîtrise d’ouvrage : Commune du Prêcheur
Monono mandataire avec : Antoine Petitjean et l‘Atelier Philippe Madec (mandataire), Laure Thierrée, Kant é Kant et Ingefra
2019


Porté par la commune du Prêcheur, accompagnée du PUCA et de la DEAL, ce projet expérimental a pour finalité d’apporter des propositions innovantes d’aménagement du bourg et la mise en sécurité de ses habitants, rendus nécessaires par les changements climatiques et la superposition des risques naturels (éruptions volcaniques, submersion, érosion maritime, mouvements de terrain, lahars, cyclones, zone sismique de niveau 5).

Le processus participatif a permis une co-conception, à plusieurs échelles, du projet de renouvellement territorial :

  • Celle du bourg : Réunions publiques, balades urbaines, Word café et tables rondes ont été organisés afin de mettre en place un processus itératif permettant de nourrir et réajuster le projet. C’est à partir d’échanges réguliers avec la population que des zones de désirabilité du futur projet de «refondation» du Prêcheur ont pu émerger.
  • Celle de l’habitat : Une vingtaine de visites ont été effectuées chez des habitants afin de comprendre quels usages ils avaient de leur habitat. Une typologie de logements proposée comme base du cahier des charges pour les futures équipes mandatées pour leur réalisation et construction.
  • Celle de l’école : Les ateliers avec les élèves, le corps enseignant ont permis de déterminer des principes fondateurs de la nouvelle école.

La mobilisation et de la participation des acteurs locaux et habitants a permis d’ancrer la démarche dans des dynamiques locales et de faire émerger des propositions en prise avec le territoire.

 

 

 

Les paysages du SCoTAM

Élaboration du Plan Paysage : « Pensons et dessinons les paysages du SCoTAM » (Moselle, agglomération messine)

Maîtrise d’ouvrage : Syndicat mixte chargé de l’élaboration et du suivi du SCoTAM
Avec : Omnibus (mandataire), François Roumet et Alphaville
2018-2020


Le Plan Paysages du SCoT de l’Agglomération Messine (SCoTAM) est un outil d’aide à l’élaboration des politiques paysagères et d’aménagement du territoire d’étude et des 225 communes qui le constituent. Il a pour objectifs de sensibiliser et d’alimenter les réflexions et prises de décision des différents acteurs publics concernés – élus, services techniques, partenaires, habitants etc. – dans un souci de cohérence d’ensemble.

Trois enjeux, déterminés en amont, ont constitués les portes d’entrée de la mission : la redynamisation des friches, industrielles, militaires ou encore agricoles ; l’adaptation aux changements climatiques et leurs répercussions sur les choix d’aménagement ; la lisibilité du territoire et la prise en compte des spécificités paysagères. C’est par leur prisme que le diagnostic du territoire a été établi, que des objectifs communs de valorisation, de protection et d’évolution des paysages ont été élaborés, et qu’une série de dix fiches-actions à vocation opérationnelle ont été réalisées.

Tout au long de ces trois étapes, une démarche concertée avec les élus et les techniciens du territoire s’est déployée : visites et débats autour des pratiques et représentations des paysages, ateliers d’échange et d’élaboration d’objectifs et d’actions à mettre en place, sessions de lecture de paysage in situ, conférences et témoignages d’«experts en la matière» etc.

Ces différents événements ont également été le support de la diffusion d’une « culture du paysage » commune aux acteurs, indispensable pour que le Plan Paysages puisse se concrétiser sous différentes formes à l’échelle du territoire et des communes.

Une série de sept pastilles animées, réalisées par Monono, participent de la transmission de cette culture du paysage en sensibilisant à la démarche et aux problématiques qu’elle permet d’aborder.

L’ensemble de l’étude – rapports par phase et pastilles animées – est disponible et visionnable ICI.

 

 

 

 

 

 

 

Randonner le Grand Poitiers

Élaboration d’un schéma d’itinérance cyclo-pédestre à l’échelle du Grand Poitiers

Maîtrise d’ouvrage : Grand Poitiers
Avec : Atelier Volga (mandataire)
2019-2020


Dans le cadre de son nouveau Projet de Territoire, la Communauté urbaine du Grand Poitiers a décidé de structurer et développer l’offre touristique autour des sentiers de randonnées. L’atelier Volga, accompagné par Monono, a été mandaté pour conduire l’étude visant l’élaboration du schéma stratégique d’itinérance cyclo-pédestre de Grand Poitiers.

Il s’agit donc d’élaborer des sentiers structurants et thématisés à l’échelle du Grand Poitiers. Pour se faire, un diagnostic des potentialités et ressources paysagères du territoire a été réalisé. En parallèle, des ateliers itinérants participatifs, à destination des élus et des techniciens de toutes les communes concernées ont permis d’appréhender et de faire découvrir les richesses et les atouts du territoire.

À travers le développement de ce schéma d’itinérance, l’objectif est double :

  • D’une part, simplifier et clarifier l’offre actuelle afin de conférer au Grand Poitiers une identité forte et d’en faciliter l’accès et l’utilisation aux habitants et aux visiteurs ;
  • d’autre part, de faire de cette valorisation des paysages une opportunité de développement touristique pour les communes rurales du territoire.

 

 

Ville Campus

Étude de conception urbaine et de programmation du campus Bouloie Temis à Besançon (Doubs)

Maîtrise d’ouvrage : SPL Territoire 25
Avec : Altitude 35 (mandataire), Alphaville, RRA, Carlos Rios et Pierre Veltz
2018-2019


La mission globale vise à produire un plan guide et une programmation opérationnelle phasée, et se déploie en deux volets complémentaires en termes d’échelles :

  • La Ville Campus : comment penser l’intégration et le rayonnement des campus au sein de l’agglomération bisontine ? comment le campus Bouloie-Témis dialogue-t-il avec les territoires environnants ?
  • Le Campus Ville : comment intégrer des éléments d’activité et d’animation urbaines au sein même du campus ? comment penser un schéma directeur d’aménagement et de développement intégrant, dans ses programmes, le développement de pratiques urbaines ?

Au sein d’une enthousiasmante équipe pluridisciplinaire (urbanistes, paysagistes, programmistes, économiste etc.), Monono est chargé d’alimenter le plan guide et le schéma directeur à travers une enquête menée auprès des étudiants et du personnel universitaire. Cette enquête s’est déroulée en deux étapes sous forme de résidence :

  • Résidence 1 / Fac Simulée : avec un thème par jour (travailler, se loger, se nourrir, se déplacer, se divertir etc.), nous interrogions, sous forme ludique, les pratiques et les ressources des étudiants, afin de penser des programmes qui entrent en cohérence et complémentarité avec leurs usages.
  • Résidence 2 / Les emplois du temps de la Bouloie : il s’agissait de travailler avec les étudiants à partir d’emplois du temps théoriques, afin de faire de la temporalité des pratiques un axe fort de la réflexion et de sa déclinaison opérationnelle.

Les résultats de l’enquête ont directement nourri la programmation, et ont permis d’appuyer la création d’espaces d’avantage adaptés aux modes et rythmes de vie des étudiants.

 

 

 

Les usages des jardins du Bas-Montreuil

Etude paysagère des jardins du Bas-Montreuil, intégrant la question des usages, et assistance à maîtrise d’ouvrage pour l’aménagement de certains espaces verts

Maîtrise d’ouvrage : Ville de Montreuil, Direction des Espaces publics et de l’Environnement
Avec : Atelier Volga (mandataire) / Mélodie Vidalain (anthropologue)
2014-2015


Jardin du Bas-Montreuil

Cette étude a porté sur les jardins publics du quartier du Bas-Montreuil, dans l’optique de leur réaménagement à court, moyen et long terme. Le parti pris a été d’inscrire l’étude paysagère dans le temps de l’enquête de terrain ethnographique, en postulant que le paysage des jardins était celui des usages qui les animent et des usagers qui les habitent, et que le projet de paysage doit se fonder sur la compréhension de ces modes de vie.

Le quartier du Bas-Montreuil est depuis quelques années en pleine mutation, urbaine et sociologique. Ses jardins publics sont le reflet de la vie locale, ses temporalités, sa diversité, ses mélanges mais aussi ses lignes de fractures diverses, concentrant ainsi toute la richesse et la complexité de la question des espaces publics. Le diagnostic constitue le moment fort du projet, en articulant l’observation, la compréhension des usages, le relevé paysager et les logiques d’insertion urbaine afin de proposer un levier pour l’action. Pour ce faire, le travail s’inscrit dans le temps long de la vie des jardins, afin de saisir l’effet variable des temporalités, des saisonnalités, de comprendre la complexité des interactions et de saisir les maillons qui permettront de penser une trame de ces espaces, une relation fondée sur les usages qui les animent et qui en dessinent ou modifient le paysage. Au centre du projet, l’usager, ses pratiques, ses compétences et ses représentations, constituent la matière principale pour l’aménagement.

Jardins Bas-Montreuil - Bassins d'usages

Ainsi, l’étude est composée de deux grandes phases, directement liées l’une à l’autre, qui portent sur 12 jardins dans leur singularité et sur la trame qu’ils peuvent potentiellement former à l’échelle du quartier : un diagnostic et une stratégie d’intervention directement issue des observations et résultats de ce diagnostic.

Sur la base de «bassin d’usages», aires de vie et zones programmatiques fondées sur la diversité et la complémentarité des espaces qui les composent, les propositions d’aménagement jardin par jardin tirent leur force des relations d’usages qu’ils entretiennent (potentiellement) entre eux.

 

Jardins Bas-Montreuil - temporalités usages

 

 

 

Jardins Bas-Montreuil - carnets (1)

 

 

 

Bordeaux Lac

Étude sur le développement du secteur du Lac à Bordeaux, et de ses usages sportifs et de loisirs

Maîtrise d’ouvrage : Bordeaux Métropole
Avec : Atelier Volga (mandataire) /  Connexion Sport Urbain / Rivière Environnement
2016-2017


Le secteur de Bordeaux Nord est le lieu d’une juxtaposition d’aménagements, d’équipements, de quartiers et de milieux.  Au cœur de ce territoire, le Lac, haut lieu de pratiques sportives et de loisirs, dispose d’un potentiel paysager, environnemental et d’usages qui pourrait être davantage exploité. Par sa situation privilégiée à proximité des grands attracteurs métropolitains, sa place de choix dans les structures du grands paysage bordelais et une bonne desserte, ce secteur dispose de tous les atouts pour devenir un laboratoire  urbain et paysager fondé sur les usages sportifs, de loisir et de détente, quotidiens et exceptionnels, à destination d’un public élargi.

L’étude a permis de produire un Plan Guide pour l’aménagement du secteur du Lac de Bordeaux, à court, moyen et long terme. Sous forme d’un schéma directeur, il s’agit d’un document à vocation opérationnelle, à l’échelle du Lac et dans la relation avec les territoires dans lequel il s’inscrit.

Plan-Guide-Bordeaux-Lac_MALEK

Définir une unité territoriale inscrite dans le territoire :

  • rendre possible un tour du Lac, à travers un chemin destiné aux piétons et aux cycles, en relation directe avec le plan d’eau, et ce sans interruption spatiale et temporaire ;
  • inscrire ce tour du Lac dans une relation physique avec les quartiers environnants ;
  • préserver et mettre en valeur le paysage exceptionnel du secteur, à l’interface entre la ville-nature, dans une transition avec le grand paysage.

 Favoriser une visibilité et un rayonnement métropolitain :

  • hiérarchiser les programmes, des aménagements à vocation métropolitaine à ceux qui s’inscrivent dans la vie quotidienne des quartiers ;
  • une programmation complémentaire, à travers une offre évitant les redondances et considérant le secteur comme un tout ;
  • une polarisation des activités, pour pallier au risque de sur-aménagement et de trop grande diffusion des usages.

Préserver les milieux et permettre une évolutivité des espaces

« Articles plus anciens